A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Steph} Les 7 vies de Léo Belami, de Nataël Trapp

Poster un commentaire

Les 7 vies de Léo Belami
de Nataël Trapp
Éditions Robert Laffont (Collection R)
Sortie le 19 septembre 2019
378 pages
17,90 euros

Quatrième de couverture :

Léo, 17 ans, jeune homme solitaire et sans histoires, compte les heures avant la fin des cours. Il se prépare pour la fête du lycée, organisée cette année en hommage à Jessica Stein, une élève assassinée trente ans auparavant.

Mais lorsqu’il se réveille le lendemain matin, c’est dans la vie d’un autre, dans la maison d’un autre… en 1988.

Au gré d’allers-retours entre 1988 et 2018 dans des corps différents, Léo va tout tenter pour empêcher ce meurtre et découvrir l’identité du tueur. Pourra-t-il changer le destin ?

L’avis de Steph :

Jai été hyper emballée à la lecture du résumé : une histoire de meurtre, l’année de ma naissance ! J‘ai été curieuse d’être immergée 30 ans auparavant et de découvrir une enquête sous fond de musique rétro, avec pour personnage principal un homme. Cela change de ce que j’ai l’habitude de lire donc j’étais plus que pressée de le découvrir.

Le résumé a été fidèle au contenu, je n’ai donc pas été déçue. J‘ai passé un bon moment de lecture, néanmoins je dois dire que plusieurs choses m’ont dérangée.

Commençons par le commencement. Dans ce roman, nous allons suivre le quotidien de Léo Belami, lycéen de 17 ans, scolarisé dans le même établissement que Jessica Stein, disparue 30 ans plus tôt. Le lycée, en pleine commémoration de sa disparition, est en émoi. Ce qui fait resurgir plusieurs questions restées sans réponses, 30 ans plus tard.

Léo va alors se réveiller chaque matin en 1988 dans le corps de différents camarades de lycée côtoyant Jessica. L‘adolescent va alors mener son enquête et essayer de comprendre ce qui est arrivé à cette jeune fille, qui l’a assassiné et pourquoi.

Je vais directement mettre les pieds dans le plat en faisant part de ce qui ne m’a pas plu dans cette histoire. Tout d’abord, le style de l’écriture que j’ai trouvé assez simpliste. Je n’ai malheureusement pas accroché à la plume de l’auteur et trouvé son style un peu trop commun.

De plus, les actions qui surviennent tombent un peu comme des cheveux sur la soupe. Je m’explique. Léo, se réveille dans le corps d’inconnus, hommes ou femmes, du jour au lendemain. On ne sait pas pourquoi, on ne nous explique pas pourquoi et lui-même n’a pas l’air d’être étonné, choqué ou brusqué par ces voyages dans le temps. Cela semble être acceptable et d’ailleurs accepté un peu trop facilement à mon sens. Léo ne s’interroge pas sur le sens de ces retours 30 ans plus tôt et s’en accommode avec une facilité déconcertante. Tout comme au moment de la découverte du meurtrier de Jessica qui arrive lui aussi de nulle part sans que l’auteur ne nous ait donné des pistes pour l’identifier. Cela crée alors la surprise générale, c’est indéniable ! Mais justement, ce n’est encore une fois pas expliqué par l’auteur

De plus, j’ai trouvé les personnages secondaires stéréotypés : le bad boy, la midinette, le souffre-douleur… On y retrouve tous les personnages habituels conformes à ce que nous connaissons et ce que nous avons pu lire des dizaines de fois…

A contrario, le roman est addictif et prenant. Je me suis laissé prendre au jeu de l’enquête. J’avais hâte de connaître l’identité de la personne que Léo allait « habiter » le temps d’une journée. J’avais moi aussi énormément envie de savoir qui était le meurtrier de Jessica. L’auteur nous tient en haleine tout au long du roman jusqu’à la révélation finale, que clairement nous ne voyons absolument pas venir.

Apprendre à découvrir qui était Jessica a été ce que j’ai préféré. Ainsi que l’immersion en 1988 qui a été réellement captivante : musiques, gadgets, tenues vestimentaires et ambiance rétro étaient au rendez-vous. Le roman pourtant français met en scène la culture américaine, ambiance Riverdale. Ceci est bien amené et exploité par l’auteur.

Pour conclure, pour moi, ce fut une lecture mitigée. Toutefois, je conseillerai ce roman à un public de préados/adolescents qui saura y trouver son compte. A travers les retours dans le passé, de nombreux sujets importants sont exploités comme le harcèlement scolaire, les relations complexes parents-enfants, le mal-être, la peur de l’avenir… L’histoire captivante saura tenir en haleine un jeune public.

Je tiens à remercier les éditions Robert Laffont, notamment la collection R pour ce partenariat

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s