A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Steph} Cogito, de Victor Dixen

1 commentaire

COGITO
de Victor DIXEN
Editions Robert Laffont (Collection R)
Sortie le 29 mai 2019
544 pages
19,90 euros

Quatrième de couverture :

Un don du ciel…
Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.
…ou un pacte avec le diable ?
Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?
Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.
L’ultime frontière sera notre cerveau.

L’avis de Steph :

Ayant eu un véritable coup de cœur pour la saga Phobos, du même auteur, j’avais plus que hâte de découvrir ce roman. De plus, la couverture et l’objet-livre sont splendides. De quoi me donner encore plus envie de m’y plonger. Malheureusement, cette lecture ne fut pas à la hauteur de mes espérances.

Nous allons suivre principalement Roxane, une adolescente qui n’ayant pas de résultats scolaires assez satisfaisants décide de s’inscrire dans un programme expérimental qui injecte dans le cerveau des « neurobots » qui permettent d’apporter toutes les connaissances nécessaires à la réussite du baccalauréat et apporte une intelligence et des dons prodigieux. Ce programme étant réservé à un panel de la société extrêmement riche, Roxane postule donc pour obtenir une bourse qu’elle obtient. L’adolescente embarque donc sur les îles fortunées pour une semaine de stage. Elle y fera la connaissance des deux autres boursiers avec qui elle va sympathiser, ainsi que des vingt-sept riches adolescents. Cette expérience scientifique basée sur l’intelligence artificielle va cacher bien des mystères que nos protagonistes vont tenter de percer.

Globalement, cette lecture fut mitigée. Tout d’abord, cela a été compliqué pour moi de m’attacher aux personnages principaux (les trois stagiaires boursiers) que je n’ai pas trouvés très charismatiques. En tout cas, ils ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable. De plus, j’ai trouvé les personnages secondaires (les riches stagiaires) caricaturés dans leur rôle d’enfants de riches imbus d’eux-mêmes. Mis à part Simbad dont j’ai trouvé la personnalité à la fois intéressante et originale.
Je suis triste de le dire mais pendant la première partie du roman, je me suis ennuyée. L’intrigue est longue à se mettre en place et il ne se passe pas vraiment grand-chose.
Toutefois, on ne peut pas le nier, passée la seconde moitié du livre, le rythme de lecture est effréné. Le fait que l’histoire se déroule sur une seule semaine donne au roman un rythme soutenu. En effet, les actions s’enchaînent, le suspense est à son comble et le lecteur n’a qu’une chose en tête, c’est d’avoir le fin mot de l’histoire. J’ai été curieuse de savoir où l’auteur allait nous emmener. Mais là encore, le soufflé est vite retombé et ma curiosité avec. Je n’ai pas accroché à la fin du livre et encore pire que cela : je comptais les pages qu’il me restait à lire !

Par contre, je tiens à spécifier, car cela est important, que l’écriture de Victor Dixen n’est clairement pas remise en cause. Son style est toujours aussi fluide et addictif ! Il a l’art et la manière d’inventer des histoires percutantes, qui donnent à réfléchir sur les dérives de notre société actuelle. Car oui, l’intelligence artificielle et la robotisation sont des sujets qui nous concernent tous et qui sont au cœur des avancées scientifiques actuelles.
Ce qui est intéressant également c’est que Victor Dixen injecte à son texte de véritables connaissances philosophiques en citant notamment les écrits de Descartes. C’est ce que j’apprécie avec cet auteur : ses romans sont réfléchis et s’appuient sur des connaissances véridiques, ce qui est très instructif, reconnaissons-le ! Donc, Monsieur Dixen est et restera un auteur que je continuerai avec plaisir à lire. Je pense que si je n’ai pas apprécié ma lecture c’est surtout à cause du thème qui n’a pas su me happer et tenir mon intérêt tout au long des 544 pages que compte le roman !

Je tiens à remercier les éditions Robert Laffont, notamment la collection R pour ce partenariat

Publicités

Une réflexion sur “{Steph} Cogito, de Victor Dixen

  1. Dommage pour les personnages, l’aspect caricatural pouvant vite devenir agaçant, mais le roman a l’air néanmoins de rester intéressant d’autant que je trouve sympathique que l’auteur ait ajouter des références philosophiques

    J'aime

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s