A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Chica} Will you play ? d’Alicia Garnier

Poster un commentaire

Will you play ?
d’Alicia Garnier
Editions Harper Collins (Collection &H)
Sortie le 6 mars 2019
320 pages
15,90 euros

Quatrième de couverture :

Les règles sont faites pour être brisées…

Alors que sa carrière de galeriste démarre à peine, Dawn rencontre l’homme idéal. Celui qui va l’aimer, la faire se sentir unique et combler toutes ses attentes. Sauf qu’en trouvant l’amour, elle a l’impression d’avoir perdu Garrett, son meilleur ami. Celui qui a grandi à ses côtés, qui partageait avec elle le goût du danger, des paris insensés, et qui apportait le brin de folie qui donnait du sens à sa vie…

Garrett n’en revient pas. Dawn en couple ? Avec ce type ? Monsieur Parfait a beau cocher toutes les cases, il n’a pas la moindre idée du diamant brut qu’est sa meilleure amie… Mais si Dawn ne voit pas que ce type est fade et banal, que peut-il y faire ? Rien. À part trouver, lui aussi, une copine. De préférence une qui causera à Dawn la même peine que celle qu’il ressent… Car tout ça n’est qu’un jeu, non ?

L’avis de Chica :

Bon, soyons honnête : je repousse cette chronique depuis plusieurs semaines. Parce que j’ai lu le roman de Moody, parce que je suis le blog de Moody depuis plusieurs années maintenant, parce que c’est une fille que j’apprécie beaucoup, parce que finalement ce roman a été une déception pour moi…

J’ai trouvé que la quatrième de couverture était trompeuse tout d’abord. Elle nous donne l’impression que tout ne va être qu’un jeu de jalousie et de séduction, mais pas du tout. Chacun va vivre sa relation de son côté, à sa manière sans vraiment se soucier de faire mal à l’autre. Du coup, l’histoire n’était pas du tout celle attendue, et c’est dommage… Car cela crée une déception qui aurait pu être évitée et du coup, je l’ai trouvée moins palpitante qu’elle aurait pu l’être. **spoiler** Au final, Dawn vit sa vie et ne se soucie pas de Garrett, ne se rend compte de rien, le laisse même de côté alors que leur amitié est censée être plus forte que tout. Dommage, j’aurais aimé qu’elle ait un comportement différent, qu’on la sente d’entrée de jeu partagée ou un minimum perturbée. Je l’ai parfois trouvée assez centrée sur elle-même au final jusqu’au moment où elle réalise… puis disparaît, l’abandonne… Elle a parfois des réactions trop froides selon moi.  **spoiler**

Le roman fonctionne en flashbacks réguliers afin que nous comprenions les réactions de l’un et de l’autre, mais également leur passé car il influe forcément sur leur présent. Il y a des moments clés sans lesquels nous ne pourrions saisir toutes les subtilités et les complications de leur relation. Je ne suis malheureusement pas du tout une adepte des romans qui fonctionnent sur ce schéma : cela me gêne d’être constamment coupée dans l’intrigue présente par des souvenirs du passé. C’est purement une question de goûts personnels, je le reconnais, et vous, cela ne vous tracassera peut-être pas le moins du monde !

Enfin, j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs qui pouvaient être évitées. Il y avait un manque de rythme global dans les deux premiers tiers du roman. Quel dommage que l’avant et l’après de l’élément qui perturbe toute la fin du roman n’aient pas été plus équilibrés. Car la dernière partie est la plus aboutie selon moi. **spoiler** Et ces bonds dans le temps grâce aux lettres que Garrett écrit à Dawn… quelle belle trouvaille !! **spoiler** Ces chapitres étaient parfaitement maîtrisés, chacun avait un impact, je ressentais la douleur du personnage, à quel point il était perdu, désespéré. Avec cette idée et la manière dont elle l’a mise en place, l’auteure m’a bouleversée. Finalement peut-être aurait-elle dû donner une dimension beaucoup plus dramatique à sa romance, peut-être que c’est ce qui lui va le mieux. Je suis curieuse de savoir quel genre de romance sera son prochain livre ! Je pense qu’elle pourrait exceller dans ce genre car ici c’est l’un des points forts du roman : à chaque fois, elle a très bien su rendre compte des sentiments torturés de ses personnages, de leur tristesse ou à quel point ils pouvaient être désemparés, particulièrement lorsqu’elle prenait la voix de Garrett.

Je ne vais pas m’étendre davantage, vous l’avez compris, ça n’a pas fonctionné pour moi… J’en suis la première déçue. Mais j’ai vraiment hâte de lire le prochain roman d’Alicia Garnier car ces petites maladresses, compréhensibles puisqu’il s’agit de son premier roman, seront sûrement corrigées ou au moins atténuées et permettront à sa prochaine histoire d’être plus cohérente, sans ces petits aléas qui altèrent le reste de son travail. C’est mon avis personnel, en tout cas.

Merci aux éditions Harper Collins pour ce partenariat !

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s