A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Chica} Frères d’armes – Tome 1 : Noces secrètes, de Margaret Moore

Poster un commentaire

(sur la couverture papier, c’est du orange et non du violet pour info)
FRÈRES D’ARMES

Tome 1 : Noces secrètes
de Margaret Moore
Editions Harlequin (Collection Victoria)
Sortie le 1er juillet 2017
384 pages
7,90 euros
Lien Amazon

Quatrième de couverture :

S’enfuir avec le ténébreux Adair Mac Taran ? Marianne Beauxville ne peut s’y résoudre. Certes, cette solution lui permettrait d’échapper au mariage que son frère, seigneur normand, veut lui imposer. Mais Adair est-il vraiment un homme de confiance, comme il le prétend ? Après tout, malgré son charme indéniable, il est écossais et donc un ennemi potentiel. Plus grave encore, ce barbare n’a pas hésité à lui voler un baiser scandaleux, au mépris des convenances. Autant de raisons qui poussent Marianne, prudente, à refuser son aide. Un refus dont Adair n’a manifestement pas tenu compte puisqu’il surgit dans sa chambre, la veille des noces, pour l’enlever…

De la même auteure :
Retrouvailles à Dunborough
Noces d’opale
Une troublante innocence
A la merci du chevalier
Dans la même série :
Tome 2 : La rebelle écossaise
Tome 3 : Le donjon des aigles
Tome 4 : L’épée et le lys
Tome 5 : Passion au donjon

L’avis de Chica :

Il est enfin temps pour moi de reprendre les romances historiques et je suis ravie d’avoir commencé par cette série qui s’annonce comme un véritable coup de cœur. J’ai terminé le deuxième tome hier, et ma lecture a été encore meilleure ! Mais pour le moment, concentrons-nous sur ce premier tome des Frères d’Armes. Ma dernière lecture d’un livre de Margaret Moore (Retrouvailles à Dunborough) n’avait pas été un franc succès si vous vous rappelez. Mais dans Noces secrètes, j’ai retrouvé des éléments qui me plaisent toujours : une romance impossible et forcée, des personnages hauts en couleur et en caractère et puis… les Écossais… *soupire*… Ai-je vraiment besoin d’en dire plus ? 😉

L’histoire se déroule en 1235, lorsque l’Ecosse et l’Angleterre sont en paix mais que le roi Alexandre II d’Ecosse a dû accepter pour éviter une éventuelle rébellion que les fiers Normands vivent désormais dans son pays aux côtés des non moins fiers et patriotiques Écossais qu’ils considèrent comme des sauvages du fait de leurs mœurs et leurs tenues bien différentes. Il a lui-même eu deux épouses normandes et a donné des terres écossaises à des soldats et nobles Normands afin de les inciter à vivre pacifiquement avec eux. Sauf que vous vous doutez bien que les Ecossais ne l’ont pas du tout vu comme cela et n’ont pas du tout apprécié que des étrangers leur prennent leur terre et s’y installent durablement.

C’est exactement cette partie de l’histoire et ce moment charnière où les Normands sont arrivés en Ecosse que Margaret Moore a choisi comme décor pour sa romance. Le frère de Marianne, Nicholas, est un soldat normand auquel le roi d’Ecosse a donné les terres de Dunkeathe, renommé Beauxville pour l’occasion. Adair Mac Taran, lui, est le fils du chef de clan écossais voisin de ces terres, totalement opposé à ce qu’il considère comme une invasion des Normands dans leur pays. Il leur voue, pour des raisons personnelles et anciennes, une totale aversion. Inutile de vous dire donc que les rencontres entre ces deux hommes, sans oublier les échanges entre Marianne et Adair sont loin d’être cordiaux.

Pourtant, malgré ces sentiments à la limite de la haine pour les Normands, Adair ne va pouvoir s’empêcher de déceler la détresse de Marianne et lui venir en aide. Elle, qui a été élevée dans la plus pure tradition normande et qui ne jure que par son peuple, va refuser catégoriquement son aide alors qu’elle est totalement désespérée et sans solution face à l’obstination et la dureté de son frère. Mais elle est belle, très belle, et un événement qu’Adair a vécu plus jeune le pousse désormais à toujours venir en aide à une femme quelle que soit son origine. Il persiste donc, se fait repousser à chaque fois, mais revient tout de même vers Marianne pour lui offrir inlassablement son aide au point de la mettre dans une situation compromettante qui ne conduira à terme qu’à une seule solution convenable : leur union. Et là, c’est le drame. Car l’un comme l’autre abhorre le peuple adverse, ils se reprochent l’un l’autre l’obstination de l’autre qui les a poussés à en arriver là. C’est drôle, c’est même hilarant de notre point de vue car les premiers chapitres ne sont en fait qu’une suite d’échanges plus incisifs, électriques et explosifs les uns que les autres. Et si Marianne nous a semblé de prime abord être une demoiselle chétive, craintive et incapable de s’imposer réellement, ce n’est en fait pas du tout le cas et elle est amplement de taille face à Adair.

La suite de l’histoire, vous vous en doutez, mais je ne la révélerai pas avec autant de détails car c’est là que s’arrête le résumé et vous apprécierez beaucoup plus votre lecture en ne sachant pas à quoi vous attendre. Je peux néanmoins vous dire que je suis totalement tombée sous le charme de Marianne. Elle se révèle impétueuse, farouche et déterminée. Son aversion pour les Écossais va peu à peu se transformer en amour pour cette patrie qui est celle de son mari et qui l’a accueillie. Elle m’a fait rire plus d’une fois avec les anecdotes qui lui ont appris finalement bien plus que ce à quoi l’on s’attendrait d’une jeune fille qui a grandi dans un couvent. Margaret Moore utilise son passé non pas pour la rendre crédule et naïve mais tout le contraire car c’est ce qui va être sa force. Je me suis également prise d’affection pour de nombreux personnages du clan Mac Taran et j’aurais aimé ne pas les quitter si vite ou les retrouver tous dans les tomes suivants. Il est difficile de résister à cette loyauté sans faille, ce dévouement total, cette générosité et cette bonté qui caractérisent toujours les Écossais dans ces histoires. Lorsqu’ils accomplissent certains actes ou prononcent certaines paroles empruntes de fidélité et de confiance totale dans leur peuple, il est difficile de ne pas être touchée et se sentir presque une petite touche écossaise tellement ces valeurs simples et sincères résonnent en nous.

Je pense que mes mots auront parlé pour moi mais vous comprenez bien que je vous conseille vivement ce livre si vous ne l’avez pas encore lu. De mon côté, j’étais obligée d’enchaîner directement avec le tome suivant puisqu’il concerne le frère de Marianne et me permettait donc de rester sensiblement au même endroit et à la même époque. Je vous en parle d’ailleurs très très vite !!

Merci aux éditions Harlequin pour ce partenariat ! ❤ 

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s