A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Marina} Fake Fake Fake, de Zoë Beck

Poster un commentaire


Fake, Fake, Fake
de Zoë Beck
Editions Milan
Sortie le 6 Janvier 2016
217 pages
12,50 euros

Quatrième de couverture :

Un prénom pourri, des chaussures taille 49, pas un poil sur le torse et des parents bobos artistes : Edvard, 14 ans, est mal parti pour séduire Constance. D’autant qu’au collège, Henk et sa bande de gros bras ne le lâchent pas. Alors, sur Facebook, Edvard devient Jason, Américain en voyage scolaire. Jason, le double rêvé et parfait… Constance mord à l’hameçon. De mensonge en mensonge, les demandes d’amis explosent, et la machine s’emballe…

L’avis de Marina :

J’avoue avoir un avis mitigé pour ce livre et dans ces cas-là, j’ai beaucoup de mal à faire ma chronique.

Lorsque sa sortie avait été annoncée, j’avoue que le résumé m’avait fait beaucoup envie car je m’étais dit que le sujet pourrait être vraiment intéressant et l’histoire légèrement humoristique. Mais finalement j’ai été déçue. L’histoire n’est pas totalement celle que j’attendais suite à la lecture de ce résumé et j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher au héros.

Le principe de journal est assez intéressant et cela rend la lecture facile et attrayante. Nous suivons donc Edvard qui affronte tant bien que mal les joies de l’adolescence et du collège. Une période difficile pour beaucoup car les ados ne sont pas tendres les uns envers les autres et chaque petit défaut est mis en avant sans aucun ménagement.

Ce qui m’a gênée dans ce roman, c’est en premier lieu le comportement des parents. L’âge qu’a Edvard est un âge difficile où on se découvre et où on essaye de se créer une place auprès des autres. Je n’ai pas du tout accroché au fait que les parents restent autant distants face à leur fils et ne l’écoutent même pas un peu pour prendre le temps de le réconforter. Ils vivent clairement avec des œillères et ça m’a beaucoup énervée.
Comme je le disais aussi plus haut j’ai été déçu par la direction qu’a prise cette histoire, je ne m’attendais pas à ça. Mais après plusieurs pages, j’ai réussi à m’y faire en me disant que l’auteur devait avoir une bonne raison de nous mener dans ce sens. Et c’est là que je suis restée sur ma faim. Nous avons ici un adolescent qui crée totalement une identité et qui utilise facebook et internet sans limite et sans se rendre compte du danger qu’il peut y avoir. J’ai trouvé dommage qu’il n’y ait pas de morale à la fin de ce livre. Le héros s’en sort sans aucune conséquence « grave » alors que ce qu’il a fait en créant ce compte a entraîné beaucoup de péripéties. Je suis donc déçue qu’il n’y ait pas une petite leçon à la fin de ce roman quelque chose que les adolescents en le lisant pourraient retenir et donc apprendre à faire attention à l’internet.

Bref comme je disais pour moi c’est une lecture mitigée car l’histoire est simple, jolie et agréable à lire, mais je trouve qu’elle manque de fond dans le sens où il n’y a pas vraiment de morale et cela est bien dommage.

Merci au éditions Milan pour cette découverte ! 

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s