A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Ma’Pirate} Les adeptes, de Ingar Johnsrud

1 commentaire

LA TRILOGIE BEIER
Tome 1: Les adeptes
de Ingar Johnsrud
Editions Robert Laffont ( Collection La Bête Noire)
Sortie le 19 mai 2016
560 pages
21 euros

Quatrième de couverture :

Pour le commissaire Fredrik Beier, cette affaire s’annonçait comme une simple enquête de routine, dans sa vie monotone et procédurière : la disparition d’une jeune femme et de son fils, membres tous deux d’un groupe de fondamentalistes chrétiens, baptisé  » La Lumière de Dieu « . A ce détail près qu’il s’agissait de la fille de Kari Lise Wetre, une femme politique charismatique et très en vue au sein du parti social-démocrate norvégien. Et que ladite  » Lumière de dieu « , engagée dans une apparente vendetta religieuse, se révèle servir de paravent à de monstrueuses expérimentations sur des sujets humains, dans le cadre de recherches scientifiques visant à perpétuer la pureté de la race blanche. Scènes de massacre, mutilations, attentats. Commence alors la chasse à l’homme, avec l’intrusion d’un sniper sans visage déterminé à éliminer tous les témoins, toutes les traces. C’est ainsi que la modeste enquête de Fredrik Beier est devenue une affaire d’Etat. Elle menace à présent de lever le voile sur un tabou en Norvège : la collaboration avec l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Secondé de sa partenaire, l’étonnante Kafa Iqbal, Fredrik ne devra négliger aucune piste, aucun indice, dans cette plongée en eaux troubles, qui brouillera ses repères et fera vaciller ses dernières certitudes…

L’avis de Ma’Pirate :

Une note sur l’auteur nous annonce que Les Adeptes est le premier volet d’une trilogie de Ingar Johnsrud qui est « l’une des étoiles montantes du crime scandinave ». Il est la révélation du polar norvégien.
Et c’est le cas selon moi.
Un suspense du début à la fin. Plusieurs rebondissements, plusieurs histoires qui nous entraînent à un rythme effréné et qui nous poursuivent bien après la fin du roman.
Ce roman provoque en nous divers sentiments (angoisses, peurs, tristesse, horreur, effroi, écoeurement…). Que d’émotions pour un seul roman!

L’action se déroule à Oslo en Norvège.
Et c’est la seule difficulté de ce roman car il nous faut nous habituer aux consonances et sonorités.
Pour ce qui est de l’organisation du Pays que ce soit politique ou policière, les nombreuses notes en bas de page nous permettent de nous les représenter en les comparant avec le système français.

J’avoue avoir un peu galéré avec les prénoms et j’ai dû faire quelques retours en arrière pour vérifier si le personnage cité avait déjà été cité auparavant.
Mais j’ai adoré découvrir la Norvège(le système policier, le système politique et les différents paysages…)

Ingar Johnsrud écrit très bien. C’est fluide et entraînant.
Les parties narratives et descriptives alternent aisément avec les parties dialoguées. Le rythme est donc dynamique et l’écriture est riche.

Les personnages sont très travaillés.
Ainsi, on déteste les personnages que l’auteur veut qu’on déteste. Et on aime ceux qui lui sont chers. Comme le commissaire Beier que j’ai beaucoup apprécié.
Mais quelque soit le personnage, on vit et on ressent ce qu’il vit et ce qu’il ressent.

Nous suivons les différents personnages et les différentes étapes de cette enquête très compliquée avec beaucoup de plaisir de ce fait.

On suit donc le commissaire Fredrik Beier dans cette enquête, qui semble être au départ une banale histoire de disparition. Et qui va nous conduire au milieu d’une guerre entre deux groupes religieux opposés, « La Lumière de Dieu » contre l’Islam mais …

De temps en temps, nous faisons un saut dans le temps et retournons en 1943. Pendant la seconde guerre mondiale et nous découvrons les effroyables liens tissés entre la Norvège et l’Allemagne nazie, avec des tests et des expérimentations menés sur des être humains dans les camps d’extermination basés en Norvège.
(Avant de commencer le roman, on peut lire une citation de l’Extrait de l’introduction à Hygiène raciale de John Alfred Mjoen et nous entrons directement dans les concepts de race pure et de race aryenne.)

Ce thriller est de grande qualité. Il est magnifique et effrayant à la fois.
Un bon moment de lecture.

Merci à Robert Laffont et La Bête Noire pour ce partenariat!

Publicités

Une réflexion sur “{Ma’Pirate} Les adeptes, de Ingar Johnsrud

  1. Je pose mon verre de rhum pour te dire que je suis en pleine lecture de celui-ci… merci pour ce billet.

    Aimé par 1 personne

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s