A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Marina} La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

6 Commentaires


La couleur des sentiments
de Kathryn Stockett
Actes Sud (Collection Babel)
Octobre 2013
624 pages
9,70 euros

Quatrième de couverture:

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

L’avis de Marina :

La couleur des sentiments est un roman qui m’a beaucoup touchée. J’ai dévoré cette pure merveille en deux jours et je pense qu’il va m’arriver de le relire par simple plaisir. Kathryn Stockett a une écriture très belle et simple à comprendre ce qui fait que l’on apprécie encore plus la lecture.

C’est un roman vrai, écrit avec beaucoup de sincérité ce qui le rend d’autant plus émouvant. Chaque personnage a sa personnalité et cela nous permet d’avoir différents points de vue sur cette histoire. Nous démarrons avec ceux des deux bonnes noires, Aibileen et Minny, ainsi que celui plus développé d’une riche blanche, Miss Skeeter. Puis d’autres points de vue sont parsemés dans les dialogues tout au long du récit, comme par exemple Miss Hilly ou Miss Leefolt.

Je n’avais encore jamais lu de livres sur ce sujet. Je trouvais déjà que tout ce qui s’était passé à cette époque était particulièrement injuste mais lorsque j’ai lu ce livre, je me suis rendue compte que c’était pire que tout ce que l’on avait pu me raconter jusque-là et que leur vie était vraiment très dure. Lorsque Miss Skeeter décide d’écrire un livre exclusivement sur les bonnes noires d’après leurs témoignages, c’est là que la différence est vraiment flagrante. Nous sommes extrêmement touchés car on comprend de nombreuses choses bonnes ou mauvaises sur leur travail. Et nous sommes alors émus avec elles sur la dureté ou la beauté de certains moments racontés. Ce qui rend ce livre aussi très intéressant, c’est que l’on se demande, une fois l’idée de Miss Skeeter lancée, si le roman que l’on tient entre nos mains n’aurait pas pu être le livre écrit en secret et publié à cette époque au Mississipi…

Le fait que ce soit trois personnages différents qui nous racontent l’histoire permet au lecteur de se plonger dans leurs vies, d’être à cette époque et de vivre les événements avec elles. On s’attache vite à la sage Aibileen, la bonne noire qui malgré tout ce qu’elle a vécu et vit toujours, est encore debout. La rebelle Minny nous permet parfois de nous détendre car n’ayant pas sa langue dans sa poche, elle se permet des réflexions qui apportent un peu d’humour et de légèreté. Des choses que nous, lecteurs, nous avons envie de dire et qui nous soulage et nous font rire une fois prononcées. Quant à la douce Miss Skeeter on ne peut être que derrière elle, car nous avons le même point de vue : la façon de traiter les Noirs est injuste et elle mérite d’être dénoncée.

Lorsque le projet du livre est lancé, nous vivons alors à 100% chaque étape de la création du livre avec Aibileen et Miss Skeeter : la peur de se faire prendre, les doutes sur son succès, les larmes des histoires des bonnes. Nous sommes tellement emportés dans l’histoire que jusqu’à la fin nous sommes tenus en haleine. Nous nous demandons si elles vont se faire prendre. Et si oui, que va-t-il leur arriver ? Nous imaginons le pire car à cette époque c’était réellement et parfois uniquement le pire qui pouvait se passer.

Mais je vais m’arrêter là afin de ne pas trop en dire et ne pas vous révéler certaines choses qu’il est plus agréable de découvrir par soi-même.

Je finirais juste ma chronique sur ces mots. Cette histoire est un pur bijou. Elle est passionnante, injuste, mais par-dessus tout, émouvante. Certains passages sont tellement touchants à cause de leur dureté qu’ils nous prennent au cœur et nous arrachent des larmes. Cette discrimination que les Noirs ont vécu à cette époque, a été et restera quelque chose d’injuste et Kathryn Stockett nous fait parfaitement ressentir cette injustice.

Mais malgré cela, grâce aux personnages et à l’écriture de Kathryn Stockett, des larmes de joie et de douceur prennent le dessus grâce à des moments, peut être brefs mais tellement forts, de pures tendresses.
Je vous conseille de voir l’adaptation filmique car elle est aussi touchante que le livre. Le jeu d’acteurs est juste parfait et chaque personnage est fidèle au livre. Bravo à eux pour cette merveilleuse réalisation.

Publicités

6 réflexions sur “{Marina} La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

  1. Sur le meme theme, tu peux lire Le secret des Abeilles, aussi adapte au cinema il y a quelques annees. Et bien sur, Ne tirez pas sur l;oiseau moqueur, un classique s’il en est. Des livres poignants sur un sujet difficile.
    Par contre, dommage qu’ils aient tous ete ecrits par des blanches et qu’ils mettent en scene une heroine blanche qui part a la rencontre des noirs… peut-etre est-ce le prix a payer pour interesser un public majoritairement blanc a ce genre de problematique?

    Aimé par 1 personne

  2. Ce livre est dans ma wish list mais c’est vrai que sur le sujet, j’avais adoré Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur.

    Aimé par 1 personne

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s