A l'abordage de la Culture

Montez à bord & Rejoignez la mutinerie culturelle du siècle ! Moussaillons, partons "à l'Abordage de la Culture" !

{Ma’Pirate} Sur la Réserve, de Carole Mijeon

Poster un commentaire


Sur la réserve
de Carole Mijeon
Editions Daphnis et Chloé
Sortie le 14 octobre 2015
293 pages
18,00 euros

Quatrième de couverture :

Un matin, Ludovic tombe bêtement en panne d’essence à la sortie de son village. Rien de grave à priori, pourtant ses ennuis ne font que commencer et sa vie en sera bouleversée à tout jamais. Car la pénurie de pétrole qui paralyse le pays interdit toute faiblesse ou indolence. Jour après jour, Ludovic raconte ses mésaventures, ses petites victoires et ses grandes médiocrités. Son monde s’écroule et il n’a rien vu venir. Personne n’a rien vu venir. Un premier roman anticipatif écrit avec brio qui tire la sonnette d’alarme quant à notre invraisemblable dépendance à l’or noir.

L’avis de Ma’Pirate :

Carole Mijeon signe son premier roman.
Ce roman anticipatif est une critique de la société de consommation. La société actuelle se crée des besoins qui conduisent à la surconsommation.
L’argent mène le monde au bénéfice de quelques personnes qui en profitent au détriment des autres, au détriment de tous les autres.
La société actuelle s’est construite sur la dépendance à l’or noir.

Carole Mijeon démontre ici aussi le manque de communication dans un monde géré par internet. Si on n’existe pas sur Internet, on n’existe pas.
Dans le village de Ludovic, les gens ne se parlent pas, ne se connaissent pas jusqu’à la pénurie de pétrole qui va bouleverser tout et tous. Tout le monde vivait replié sur sa petite vie jusqu’à ce jour.
Et tout à coup, les gens ont besoin les uns des autres. Les gens doivent se parler. Les gens doivent s’entraider. Mission difficile dans ce monde où les relations sont virtuelles, où on fait ses courses sur Internet, où on voyage très loin tout en restant assis dans son fauteuil.

Ludovic va découvrir qu’autour de lui, il y a des vrais gens.
Il va nous raconter 30 jours de sa vie sans essence. Mais ce sera aussi sans nourriture, sans médicaments, sans aide extérieure.
L’état d’urgence est décrété et Ludovic ainsi que ses compagnons vont devoir puiser dans « leur réserve » de courage, d’ingéniosité, de solidarité … pour essayer de s’en sortir. (On ne peut s’empêcher de penser à nos anciens qui ont vécu la pénurie après-guerre).

Carole Mijeon écrit ici un livre très réaliste quant à la description du ressenti et des réactions des gens face à une situation de crise. Les faiblesses se révèlent, ainsi que les qualités.
Elle sait parfaitement transcrire avec des mots justes le dénuement dans lequel se trouvent les habitants de ce village français qui vont tout mettre en oeuvre pour survivre, car c’est là l’enjeu : survivre un jour et un autre encore, jusqu’à se dépasser et trouver ensemble une solution possible.
Ludovic c’est nous. Nous vivons son histoire avec lui car il est tellement proche de nous. Ils nous ressemblent tellement. Nous qui ne pouvons plus nous passer des voitures, de l’électricité, d’Internet…

Carole Mijeon donne un bon coup de pied à notre petit confort et nous permet de réfléchir, de mettre en perspective nos besoins et de nous demander quelle est la différence entre besoins réels et besoins conditionnés par notre société.
A nous de nous poser les bonnes questions et d’avoir le courage de trouver les réponses !

Merci à Eric Poupet pour ce partenariat !

Publicités

Pose ton verre de rhum et laisse une bafouille !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s